Publications

Une nouvelle étude vise à faciliter la mise en œuvre de la mesure des résultats rapportées par les patients

Dans une étude de cas publiée dans Health Policy Volume 125 paru en septembre 2021, des chercheurs néerlandais ont mis en évidence les éléments facilitateurs et les obstacles à la mise en œuvre des mesures des résultats rapportés par les patients (patient-reported outcome measures – PROM). L’étude a été menée au Centre Erasme, un hôpital occupant une position de leader dans les PROM, et s’intitule « Facilitateurs et obstacles à la mise en œuvre des mesures des résultats rapportés par les patients dans les soins cliniques : l’expérience initiale d’un centre universitaire ».

Que sont les mesures des résultats rapportés par les patients (PROM) ?

Les mesures des résultats rapportés par les patients (PROM) ont gagné en importance dans les soins de santé, dans le cadre de la quête de systèmes davantage basés sur la valeur/axés sur la valeur. Les PROM sont des retours du patient sur son état de santé (par exemple, bien-être, symptômes) et/ou son traitement, sans interprétation externe par des professionnels. Ils peuvent être utilisés pour surveiller l’évolution des symptômes et de la qualité de vie d’un patient au cours de la maladie et/ou du traitement, faciliter la communication patient-prestataire, améliorer la prise de décision partagée, examiner la qualité des soins, mener des recherches comparatives sur l’efficacité, ainsi que dans les systèmes de paiement basés sur la valeur.

Paramètres de l’étude

Le centre médical universitaire Erasme, un grand établissement de santé universitaire à Rotterdam, aux Pays-Bas, a lancé une stratégie de soins de santé basés sur la valeur (VBHC) en 2013. Cette initiative comprenait la définition d’ensembles de résultats standardisés (y compris les résultats rapportés par les prestataires et les patients), et le développement d’un outil de collecte pour les centraliser. Ces ensembles de résultats ont été développés par l’International Consortium for Health Outcome Measurements (ICHOM). Depuis la fin de sa phase pilote (2015-2019), le concept VBHC a été mis en œuvre avec succès pour plusieurs affections, notamment le cancer du sein, les fentes labio-palatines, les accidents vasculaires cérébraux, l’hypercholestérolémie familiale et le syndrome de Turner.

Cependant, d’autres équipes de lutte contre la maladie n’ont pas encore réussi à mettre en œuvre la collecte de PROM de manière routinière, et de nombreuses autres organisations de soins de santé ont eu des résultats mitigés dans la mise en œuvre des PROM dans un cadre clinique. Cette étude vise à leur fournir des informations provenant de prestataires de soins de santé et de chercheurs d’un grand hôpital universitaire sur les éléments facilitant et entravant la mise en œuvre et l’utilisation des PROM.

L’étude

L’étude a été menée via un questionnaire adressé aux prestataires de soins de santé et aux chercheurs de plusieurs départements médicaux impliqués dans le système VBHC de l’hôpital. Les énoncés du questionnaire étaient accompagnés d’une échelle de Likert à 5 points allant de « tout à fait d’accord » à « tout à fait en désaccord », et 8 questions ouvertes ont permis aux répondants de mentionner des facilitateurs et des obstacles supplémentaires.

Résultats

Les 61 participants provenaient de départements chirurgicaux et non chirurgicaux et étaient membres d’équipes qui étaient à différentes étapes de la mise en œuvre de leurs PROM. Les facilitateurs fréquemment rapportés étaient la présence d’un coordinateur PROM dans la clinique ambulatoire (85 %), l’intégration des PROM dans le dossier de santé électronique du patient (81 %), et la motivation des professionnels impliqués dans la mise en œuvre (N=9 réponses ouvertes). Les obstacles couramment signalés étaient la langue (76 %), les problèmes informatiques (N = 17 réponses ouvertes) et les contraintes de temps (N = 14 réponses ouvertes).

La plupart des répondants (89 %) ont convenu que l’objectif de la mise en œuvre des PROM était clair et 63 % ont trouvé que les PROM administrées étaient pertinentes pour leur population de patients avec un nombre de questions acceptable. La majorité des répondants ont également répondu qu’une communication ouverte était possible au sein de leur équipe de lutte contre la maladie lorsqu’ils ont fourni des commentaires sur le processus de mise en œuvre du PROM. De plus, 59 % des personnes interrogées ont déclaré que l’examen des PROM avant une consultation et leur discussion lors de la rencontre avec le patient rendaient la consultation plus efficace.

La plupart des répondants ont déclaré qu’ils étaient ouverts à changer leurs routines de travail habituelles et 88% des répondants étaient convaincus qu’avec l’utilisation des PROM, ils seraient en mesure de fournir de meilleurs soins à leurs patients. De plus, 76% ont déclaré être disposés à les utiliser à l’avenir. La majorité des répondants ne craignaient pas que la qualité de leurs soins puisse être évaluée sur la base des résultats des PROM et 81 % des répondants ont déclaré que l’intégration dans le dossier électronique facilite l’utilisation des PROM. La plupart ont également signalé qu’un tableau de bord numérique était nécessaire pour la consultation avec les patients (79 %).

Du côté négatif, 76% des personnes interrogées ont trouvé qu’une barrière linguistique – pour les patients dont la langue principale n’est pas le néerlandais – était un obstacle à la mise en œuvre des PROM.

Les réponses aux énoncés du questionnaire et aux questions ouvertes ont montré que les répondants avaient une communication ouverte sur les PROM au sein de leur équipe de lutte contre la maladie. Cela semble lié au facteur « motivation/enthousiasme/intérêt intrinsèques », le seul qui a été signalé comme facilitateur indépendamment de l’étape de mise en œuvre du répondant.

« La collaboration multidisciplinaire » au sein d’une équipe a également été mentionnée comme facilitateur, tout comme « la constitution d’une équipe autour d’une maladie/condition ». En conséquence, « différents niveaux de motivation au sein de « l’équipe maladie » pour utiliser les PROM » et « une coopération multidisciplinaire difficile en raison d’intérêts, d’horaires et de répartition des tâches conflictuels » ont été cités comme des obstacles rencontrés. Les professionnels de la santé doivent apprendre à travailler ensemble de manière multidisciplinaire, en explorant les limites de leurs disciplines respectives, en s’ouvrant à d’autres points de vue, en renforçant la confiance mutuelle et en créant un sentiment de responsabilité commune.

D’autres facilitateurs signalés par les professionnels de la santé étaient « une meilleure préparation avec plus d’informations sur la façon dont les patients se portent avant la consultation » et « une communication patient-prestataire plus structurée/efficace ».

De plus, « l’implication des patients dans leurs propres soins » a également été signalée en tant que facilitateur. Ceux-ci suggèrent que l’implication des patients dans leur propre processus de soins semble inciter les professionnels de la santé à mettre en œuvre des PROM dans les soins cliniques, ce qui peut conduire à un service de santé plus individualisé et à une amélioration de la qualité des soins.

La présence d’un coordinateur PROM dans la clinique était un facilitateur fréquemment signalé, tandis que son inverse, « l’absence ou le manque de personnel pour la coordination » était signalé comme un obstacle. Ce facteur peut être lié à d’autres obstacles fréquemment mentionnés, à savoir « les contraintes de temps et/ou la « nature intensive de la mise en œuvre ».

Les problèmes liés à l’infrastructure informatique ont également été fréquemment cités comme un obstacle, les répondants signalant des difficultés d’accès à la plate-forme PROM, sa vitesse de travail lente, le tableau de bord visuellement peu attrayant et le manque d’intégration dans le dossier électronique du patient.

Conclusion

Pour une mise en œuvre réussie des PROM dans la pratique clinique, les organisations de santé doivent envisager de soutenir des professionnels de la santé motivés, d’impliquer les coordinateurs de PROM et d’investir dans une infrastructure informatique adéquate. Étant donné que l’un des avantages potentiels des PROM est la discussion des problèmes des patients qui n’auraient pas été identifiés autrement, la disponibilité des PROM dans plusieurs langues peut être un moyen efficace et relativement peu coûteux de travailler à l’équité en matière de soins de santé en tenant compte des besoins des locuteurs non-natifs et des patients ayant un faible niveau de littératie en santé.